25/05/2008

Lémanjà

 

Vendredi 17H00 

 

Les miennes:

791ef8523f547dfa21847bc80849e316.jpg

 

 

 

2ff5e5c5edfa07654424dcd09aea9cfd.jpg

 

 La Tienne:

 Ce matin 10H00

f9c87e019cae19847d31ecf490b6364d.jpg

 

Merci  Monsieur le Photographe,

pour ce regard en partage, sur la vie, la simplicité et la beauté.  

 

En partance pour mes Flots bleus...

 

Vers de beaux Voyages Lumineux 

 

Ma main est remplie de lumière. 

 

 


 Lémanjà

9f50a336c90413045ccc83be0b8ac66b.jpg
Photographie Olivier Schindler 

© La queue de sirène

 
 
Lemanjà est la déesse de la mer et incarne ainsi la fertilité et la vie. Sa douceur et sa grâce naturelles font d’elle l’archétype même du romantisme et de la maternité. Elle préfère ainsi les courbes, qui lui rappellent les contours délicats du ventre maternel ou des gouttes d’eau marine. Fraîche, pudique et raffinée, elle aime les couleurs claires et les matières brutes. Ses parures sont le fruit d’un travail fin et élaboré qui valorise subtilement les dons de la nature.
Cette ligne privilégie la nacre et les teintes claires, comme celles de la citrine.
es Orishas Iemanjá, Oxum et Oiá sont liés aux forces de sel et les eaux douces, et les tempêtes, et sont des objets de culte vivant, non seulement au Brésil mais aussi dans certaines parties de l'Afrique - où ils sont venus - et des Amériques. Based on their archetypal representations, this paper will be a reflection on the archetypes of the relationship woman/water and its symbolic implications, both in “sacred” and “profane” ways, still alive in contemporary culture. Sur la base de leurs représentations archétype, ce document sera une réflexion sur les archétypes de la relation femme / eau et ses implications symboliques, à la fois dans "sacré" et "profanes" des égards, encore en vie dans la culture contemporaine.

 

Les Femmes de l’eau : Iemanjá, Oxum, Oiá et une foi vivante Les Femmes de l'eau: Iemanjá, Oxum, Oiá et une foi vivante

Les orishas Iemanjá, Oxum, et Oiá sont parent des forces de l’eau salé et douce, et des orages, et elles sont vénérées non seulement au Brésil mais aussi dans certaines régions africaines—d’où elles sont venues—et en Amérique. Les Orishas Iemanjá, Oxum, et Oiá parents sont des forces de l'eau douce et salé, et des Orages, et elles sont vénérées non seulement au Brésil mais aussi dans certaines régions africaines-d'où elles sont des lieux-et en Amérique. Basé sur leurs représentations archétypales, cette étude considère les archétypes du rapport femme/eau et ses implications symboliques, dans les manières ‘sacré’ et ‘profane’, encore vivants dans la culture contemporaine. Basé sur leurs représentations archétypales, cette étude Considère les archétypes du rapport femme / eau et ses implications symboliques, dans les manières' sacré 'et' profane ', encore vivants dans la culture contemporaine.

'origine, en Afrique, Iemanj á a été identifié avec les eaux douces - même le traditionnel "grêle" Pour elle, "Od ò IY á», utilisés par les personnes au Brésil à Sa louange, est un titre qui signifie «Mère de la rivière." En fait, en Afrique, a été Iemanj á l'orisha de EGB á, une nation yoruba dans la région entre Si á et Ibadan, liées à la rivière Yemoja. Forced to migrate due to wars between Yoruba nations, the Egb á moved to the East, to Abeokut á , where the river Og ù n became lemanja ’ s new domain (Verger 1986). Contraints de migrer en raison de guerres entre les nations Yoruba, le EGB á déplacé vers l'Est, à Abeokut á, où la rivière Og ù n lemanja est devenu l 'nouveau domaine (Verger 1986).  et en particulier au Brésil, Son lieu de culte a été transféré à la mer.  Ces cultes de la épandage Iemanj á culte dans les Amériques tendance à considérer comme la déesse de l'océan, ou la reine de la mer, source de fécondité, l'amour et la sexualité, portant les attributs de l'eau. She is a guardian and a mother from whose breasts not only the sea but also the orishas were born, according t o one of the myths about Her. Elle est une gardienne et d'une mère dont les seins non seulement la mer mais aussi les Orishas sont nés, selon un t o des mythes à son sujet. If we take a look at all Her attributes in Africa and in the Americas, Iemanj á combines the qualities of strength and beauty, respect and joy, sexuality and motherhood. Si nous prenons un coup d'œil à tous ses attributs en Afrique et dans les Amériques, Iemanj á allie les qualités de force et de beauté, le respect et la joie, la sexualité et la maternité. The latter is probably at the root of the strong syncreti sm with the Roman Catholic epiphanies of Our Lady. Ce dernier est probablement à l'origine de la forte syncreti sm avec les épiphanies catholique de Notre-Dame. With emphasis on this identification, the sanctity of motherhood became the main quality associated with Iemanj á (She is the mother of the orishas, and the mother of people), and besides that, in Brazil, a spects like beauty, sexuality and joy were sooner associated with Oxum, and so were the powers over the fresh waters. En mettant l'accent sur cette identification, le caractère sacré de la maternité est devenue la principale qualité associés à Iemanj á (Elle est la mère de l'Orishas, et la mère de personnes) et, en outre que, au Brésil, un des aspects comme la beauté, la sexualité et la joie ainsi que le pouvoir sur les eaux douces.

 


Commentaires

Beaucoup d'eau Claude cet hiver et encore ce printemps...
Et au delà de la tristesse de ciel gris, il faut se réjouir car la nature avait tellement souffert l'an passé en Provence. Toutes ces fleurs cette année et ce vert revenu , symbolique encore de la vie qui renaît et de l'espoir.

Je vous embrasse.

Écrit par : Louis-paul | 27/05/2008

Cher Louis Paul:

Je ne vous ai jamais raconté l'histoire de Lemanjà. C'est une très belle légende bien qu'aujourd'hui on ne s'intéresse qu'au culte.
Lémanjà était une belle jeune fille fraîche et légère elle rencontra un Orixa avec lequel elle eu de nombreux enfants. Lemanjà ne savait pas aimer à moitié, elle aimait tout, et pleinement. Mais son mari, la trahissait, il lui mentait, elle ne s'en doutait pas, lorsqu'elle l'appris, son monde s'écroula et elle tomba si profond qu'elle rempli d'eau les nappes souterraines. Elle s'enfuit de son foyer, et se mit à pleurer toutes les larmes du monde, mais personne n'entendait ses cris. En chemin elle tomba amoureuse d'un autre homme, qui la consola. Mais celui ci un jour alors qu'il était attablé avec ses amis, annonçait ses plans envers elle en riant, elle entendit dans l'ombre qu'il se moquait d'elle et de ses seins qui avaient nourri ses nombreux enfants.
Alors son chagrin fut sans fin. Elle entra dans le monde de la désespérance et se liquéfia en larmes de pluie qui devint des rivières, puis des fleuves. Elle s'enfuit à nouveau. Mais son deuxième mari fit pousser des montagnes pour l'empêcher de partir, elle pleura tant et tant que son lit devient sources et rivières. Son frère eu de la peine pour elle qui était si douce. Avec son épée, il fendit les Montagnes pour qu'elle rejoigne La Mer où elle serait éternelle dans l'amour des ses enfants.

Lémanjà retourna à la mer.

Chaque année, des milliers d'hommes et de femmes "ses enfants", viennent lui apporter une rose blanche qu'ils jettent à l'océan en faisant un voeu.
Si la rose revient, le voeu ne fonctionnera pas.
Mais si la rose part, Lémanjà a entendu la prière.

S'il a beaucoup plu, c'est que Lemanjà a beaucoup pleuré. Cher Louis Paul jusqu'au fond de sa désespérance,au plus profond des abysses tels que vous ne pouvez l'imaginer. Et ses larmes qui étaient d'Amour, donneront
à ses enfants les fruits de la vie.

Presque inimaginable la façon dont les légendes rejoignent parfois la réalité.
De tous le prénoms de mer, de source, d'eau vive de cascades, celui ci se calque parfaitement sur ma vie.

Et après toutes ces larmes et ces tristesses, ce long cheminement douloureux,je rejoins la mer dans un mois, panser mes peines et mes blessures. Le premier bouquet que je mettrai dans mon appartement à Antibes, sera un bouquet de roses blanches. De ce bouquet je prendrai une rose immaculée, la plus belle et la plus parfumée, que j'irai jeter à Mare Nostrum ...car je suis fille de la Mer... Je deviendrai Stella Maris


Je vous embrasse Louis Paul.

J'ai pris sur votre blog une photo de vous sans permission à Méailles entrain de prendre mes paysages. Elle est en haut à gauche dans l'album.

écouter le son de La Vaïre, au dessus de Saint Jacques, retourner près du cimetière sous le grand tilleul, le susurrement des abeilles, regarder encore et encore ce qui ma vallée toujours bleue dans ma mémoire intacte..

Écrit par : Claude | 27/05/2008

Merci Claude de ce récit sur la Mer.
Avez-vous vu les photos des roses jetées du "bout de la Prom" pour Ingrid et tous les otages et que j'ai publié en Galerie PhotosLP ?

Je vous souhaite une bonne fin de semaine.

Écrit par : Louis-paul | 30/05/2008

Quelle merveilleuse découverte , et me voilà enrichie d'un partage précieux ! celuide l'eau source de vie !

Écrit par : arlette | 08/06/2008

Oui Arlette, ici le blog de l'eau.

L'eau de la guérison, l'eau sans laquelle on ne peut vivre, l'eau qui fait la joie, mais aussi parfois les larmes.

Je t'embrasse Arlette, à très bientôt

Écrit par : Claude | 09/06/2008

Louis Paul:

Non je vais y aller cher Louis Paul. De ce pas.

Pardon de ne pas avoir vu votre commentaire plus tôt et de ne pas vous avoir répondu en temps et en heure.

Écrit par : Claude | 09/06/2008

Les commentaires sont fermés.